G7 Information Centre
Summits |  Meetings |  Publications |  Research |  Search |  Home |  About the G7 and G8 Research Group
Follow @g7_rg

Déclarations de Gleneagles (français)
Gleneagles Declarations (English)


Afrique et financement du développement :
Eléments d'intervention de Jacques Chirac

Gleneagles
Troisième scéance plénière, 8 juillet 2005 - 10h00–11h15
Document de travail

L'Afrique va mieux. Les problmes y demeurent immenses : la violence, la pauvretŽ, la faim, la maladie et l'ignorance continuent ˆ y sŽvir. Mais, en 2004, la croissance aura ŽtŽ supŽrieure ˆ 5% sur le continent, meilleure performance des huit dernires annŽes.

Ces progrès, l'Afrique les doit d'abord à elle-même. Aux efforts qu'elle a engagés pour mettre sa maison en ordre : résoudre ses conflits ; améliorer la gouvernance ; libérer l'initiative de ses entrepreneurs ; avancer dans la voie de l'intégration régionale.

Nous avons fait, ˆ Kananaskis et ˆ Evian, le choix stratŽgique du partenariat avec l'Afrique en soutenant le processus du NEPAD. Aujourd'hui, nous avons l'occasion de donner une nouvelle impulsion ˆ ce partenariat.

Dans quelques semaines, nous nous retrouverons ˆ New York pour le sommet des Nations Unies sur les objectifs du MillŽnaire. L'Afrique est encore loin du but. Mais elle est aujourd'hui en mesure de rattraper son retard. Elle en a la volontŽ. Elle en a les capacitŽs. Mais, devant l'ampleur de la t‰che, les moyens lui font dŽfaut.

Notre devoir moral mais aussi notre intŽrt bien compris sont de donner ˆ l'Afrique les moyens de libŽrer son immense potentiel, de s'insŽrer dans la dynamique de la mondialisation. Pour cela, l'aide au dŽveloppement est indispensable, non pour se substituer ˆ l'initiative privŽe mais pour lever les obstacles structurels au dŽveloppement, en particulier dans les domaines de l'Žducation, de la santŽ et des infrastructures.

25 milliards de dollars supplŽmentaires par an pour l'Afrique, 50 milliards de dollars pour l'ensemble des pays pauvres. Cet effort est bien Žvidemment ˆ notre portŽe et personne ne comprendrait aujourd'hui, et encore moins demain, que nous esquivions nos responsabilitŽs.

Nous avons tous pris des engagements pour augmenter notre aide au dŽveloppement. Ds 2002, la France s'est fixŽe un calendrier pour atteindre l'objectif de 0,7% de son PNB en 2012, et le respecte. L'Europe a donnŽ l'exemple en s'engageant ˆ porter son effort collectif ˆ 0,56% de son PNB en 2010. Cela reprŽsentera, par rapport ˆ aujourd'hui, 32 milliards d'euros supplŽmentaires chaque annŽe, dont 16 pour l'Afrique.

De nos dŽcisions aujourd'hui dŽpend le succs, ou l'Žchec, du sommet des Nations Unies de septembre :

1/ Nous devons consolider nos promesses en nous engageant collectivement sur l'objectif d'une augmentation de l'aide de 50 milliards de dollars par an, dont 25 milliards pour l'Afrique d'ici 2010. C'est un minimum.

2/ Nous devons aller plus loin sur la dette et nous attaquer, sur la base de l'approche d'Evian, au problme de la dette des pays ˆ revenu intermŽdiaire. Je souhaite, ˆ cet Žgard, que nous parvenions ˆ une solution rapide, dans le cadre du Club de Paris, sur la dette du Nigeria.

3/ Nous ne pouvons pas attendre 2010 pour commencer ˆ concrŽtiser l'augmentation de l'aide. Car les besoins sont immenses et tout retard se paie en occasions g‰chŽes, en vies humaines brisŽes. Les mŽcanismes innovants proposŽs par la France et d'autres pays rŽpondent ˆ cette urgence.

En apportant des ressources additionnelles et pŽrennes, les prŽlvements internationaux de solidaritŽ sŽcuriseront le financement du dŽveloppement. AssociŽs ˆ l'IFF, dont ils faciliteront le remboursement, ils permettront de dŽgager trs rapidement les sommes nŽcessaires ˆ une action dŽcisive pour vaincre la pauvretŽ.

Je souhaite que nous lancions ˆ New York, en septembre, avec tous les pays qui le souhaitent, un premier prŽlvement international de solidaritŽ sur les billets d'avion, dont la France propose d'affecter d'abord le produit ˆ l'achat de mŽdicaments contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Ce peut tre une contribution dŽcisive pour atteindre l'objectif d'accs universel aux traitements des malades du sida en 2010.

Sans attendre ces premiers financements innovants, dont je souhaite qu'ils soient en place ds l'annŽe prochaine, nous devons assurer le succs, en septembre, de la reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. La France s'est engagŽe ˆ doubler sa contribution d'ici 2007, de 150 ˆ 300 millions d'euros.

Aider l'Afrique ˆ sortir de la pauvretŽ, c'est Žgalement libŽrer les capacitŽs d'entreprendre de ses femmes et de ses hommes. La microfinance peut y contribuer de manire dŽcisive. Mais, pour changer d'Žchelle, elle a besoin d'un cadre lŽgal et fiscal adaptŽ ˆ sa spŽcificitŽ. Demandons aux enceintes internationales compŽtentes de travailler sur cette question.

Aider l'Afrique ˆ sortir de la pauvretŽ, c'est enfin mettre un terme au scandale de sa marginalisation dans le commerce international, o sa part est tombŽe en vingt ans de 10 ˆ 2%.

La conclusion du cycle de Doha en 2006 pourra y contribuer, ˆ condition de ne pas perdre de vue l'objectif de dŽveloppement de ce cycle et de prendre en compte les intŽrts spŽcifiques de l'Afrique sur :

- le coton. Il serait incomprŽhensible que ce G8 consacrŽ ˆ l'Afrique ne fassent pas avancer cette question.

- la question plus gŽnŽrale du prix des matires premires, sur laquelle nous devons relancer les travaux ˆ l'OMC et dans les institutions financires internationales ;

- les prŽfŽrences commerciales. Je suis heureux de voir que la question de l'amŽlioration et de la simplification des prŽfŽrences est traitŽe dans notre plan d'action. Nous devons aller plus loin en nous engageant sur la voie de l'harmonisation, en commenant par gŽnŽraliser le modle europŽen " Tout sauf les armes " en faveur des PMA.

A cet Žgard, il est temps de reconna”tre que l'Afrique n'est pas prte pour le libre-Žchange avec les pays dŽveloppŽs. Celle-ci doit pouvoir exporter davantage mais Žgalement pouvoir protŽger son marchŽ intŽrieur. Je souhaite que la question de la pŽrennisation des rŽgimes de prŽfŽrences en faveur de l'Afrique soit posŽe lors de la confŽrence de Hong Kong.

Source: Présidence de la République


G7 Information Centre

Top of Page
This Information System is provided by the University of Toronto Library and the G7 and G8 Research Group at the University of Toronto.
Please send comments to: g8@utoronto.ca
This page was last updated July 17, 2005.

All contents copyright © 2017. University of Toronto unless otherwise stated. All rights reserved.