G8 Information Centre
Summits | Meetings | Publications | Research | Search | Home
Déclarations de Gleneagles (français)
Gleneagles Declarations (English)


Changement climatique :
Eléments d'intervention de Jacques Chirac au rencontre et au déjeuner avec les Chefs d'Etats et le Gouvernement des pays émergents

Gleneagles
7 juillet 2005, 12h15–15h00
Document de travail
  1. Premier domaine : la coopération scientifique et industrielle, notamment dans les domaines du charbon propre, sans émission de CO2, et des énergies renouvelables, où les pays émergents sont souvent, comme le Brésil avec les bioénergies, à la pointe de l'innovation. Cette coopération doit aussi porter sur le nucléaire. A cet égard, je me réjouis de la participation de la Chine au programme ITER ;


  2. Deuxième domaine : la création de nouveaux mécanismes de marché, afin de faciliter les transferts de technologies et d'accélérer le déploiement des technologies propres : je propose en particulier de travailler sur la création de droits d'émission sans engagements nationaux contraignants. Un tel mécanisme permettrait à un pays en développement qui ferait l'effort de réduire, par rapport à un scénario tendanciel, ses émissions dans un secteur donné -par exemple la production électrique, le transport ou l'habitat- de revendre les crédits d'émission ainsi obtenus sur le marché mondial du carbone ;


  3. Troisième domaine, le financement de la transition vers des énergies propres. Le Fonds pour l'environnement mondial est aujourd'hui trop restreint dans ses moyens et dans son champ d'intervention. Il n'a pas la capacité de soutenir des transferts de technologie à grande échelle ni d'orienter les grandes politiques d'équipement, notamment dans le domaine des transports, vers les solutions optimales du point de vue de la sécurité énergétique et du changement climatique : je pense notamment au développement des infrastructures ferroviaires, fluviales et maritimes, ou à la planification urbaine. Je propose de travailler sur de nouveaux mécanismes financiers afin d'accélérer cette transition énergétique : partenariats public/privé ou nouveau fonds international, qui pourrait être alimenté par un prélèvement international de solidarité. Ce sera un investissement dans le climat et dans la croissance.


  4. Quatrième domaine, l'adaptation des normes internationales. Les enjeux du changement climatique ne sont pas suffisamment intégrés dans les normes internationales. Je pense en particulier aux règles du commerce et de la propriété intellectuelle. Je souhaite qu'une réflexion s'engage afin de parvenir à un équilibre optimal entre la protection de l'innovation et la diffusion des technologies.


  5. Cinquième domaine, la négociation de formes d'accords sectoriels internationaux permettant de généraliser l'usage des technologies les moins polluantes dans les secteurs clefs de la sphère industrielle, comme l'automobile ou la sidérurgie.