G7 Information Centre
Summits |  Meetings |  Publications |  Research |  Search |  Home |  About the G7 and G8 Research Group
Follow @g7_rg

Analytical Studies
G8 SummitsG8 Deauville Summit

Déclaration conjointe des Présidents Sarkozy, Obama et Medvedev sur le conflit du Haut-Karabagh

Nicolas Sarkozy, président de la République française,
Dmitry Medvedev, président de la Fédération de Russie, et Barack Obama, président des États-Unis
Deauville, 26 mai 2011
[English version]

Nous, présidents de la République française, de la Fédération de Russie et des États-Unis d'Amérique, pays exerçant la coprésidence du Groupe de Minsk de l'OSCE, sommes convaincus que le temps est venu pour toutes les parties au conflit du Haut-Karabagh de franchir un pas décisif vers un règlement pacifique.

Nous réaffirmons que seul un règlement négocié peut mener à la paix, à la stabilité et à la réconciliation et ouvrir des possibilités de développement et de coopération dans la région. Le recours à la force a débouché sur la situation actuelle, marquée par la confrontation et l'instabilité. Y recourir à nouveau ne ferait que provoquer davantage de souffrances et de dévastation, et serait condamné par la communauté internationale. Nous appelons fermement les dirigeants des parties à préparer leurs populations non pas à la guerre mais à la paix.

À la suite des efforts déployés par les parties et à tous les niveaux par les pays qui exercent la coprésidence, des progrès significatifs ont été accomplis. La dernière version en date des Principes de base, discutée le 5 mars à Sotchi, établit une base juste et équilibrée pour l'élaboration d'un règlement de paix global. Ce document, qui repose sur l'Acte final d'Helsinki et sur les éléments exposés dans nos déclarations conjointes de L'Aquila en juillet 2009 et de Muskoka en juin 2010, offre à toutes les parties le moyen de sortir d'un statu quo inacceptable.

Nous appelons donc les présidents arménien et azerbaïdjanais à apporter la preuve de leur volonté politique en finalisant les Principes de base lors de leur prochain sommet au mois de juin. Un nouveau retard ne ferait que remettre en question la volonté des parties de parvenir à un accord. Dès que celui-ci aura été conclu, nous serons prêts à être témoins de l'acceptation officielle de ces Principes, à aider à élaborer l'accord de paix puis à en soutenir la mise en œuvre avec nos partenaires internationaux.

Source: Présidence française du G8 et G20


G7 Information Centre

Top of Page
This Information System is provided by the University of Toronto Library and the G7 and G8 Research Group at the University of Toronto.
Please send comments to: g8@utoronto.ca
This page was last updated June 11, 2011.

All contents copyright © 2017. University of Toronto unless otherwise stated. All rights reserved.